Tout a bien commencé ce matin, un départ le long de la Loire. Une voie verte jusqu’à Blois et qui longe la Loire. Mais pas de café.
Je décide d’aller au village suivant, chailles. Je cherche il n’y a aucun commerce, le bar tabac est aussi fermé. Je fais demi-tour sur une route, mon vélo de déséquilibre je tombe sur la route avec. Croyez vous que les automobilistes qui passent s’arrête et bien non. Je me protège rapidement et relève mon vélo et repars. Difficile de vouloir manger. J’arrive à Candé sur beuvron, il y a une épicerie qui ferme, une boulangerie, un bar-resto. Je fais quelques achats de bouffe dans l’épicerie, je tente le resto, mais comme je dis que je vais prendre une assiette de crudités alors on me répond que toutes les tables sont occupées. Il y a de nombreux clients invisibles. Je grignote donc mes tomates cerises et mes sardines. Et je repars.

Et c’est là, je ne vois pas le panneau, il n’est lisible que lorsqu’on arrive dans l’autre sens et je roule 3,5 km de montée donc pratiquement toujours à pied sur la route de Valaire (Galère ?). Je finis par trouver un bar où me désaltérer, me reposer,pour faire remonter la glycémie qui était assez basse. Je repars en faisant demi-tour et je suis vite revenu à mon point d’erreur car çà descend et je ne retiens pas le vélo.

Je retrouve ma voie sacrée puis la Loire et j’arrive enfin au camping de Chaumont sur Loire.

Il y a un château avec un beau jardin visitable. Je l’avais visiter avec Viviane.