Je suis parti du camping vers 9h pour aller prendre un petit déjeuner à la Goguette. Là où j’avais diné la veille. Ce matin c’était très calme.

Départ vers St Satur vers 9h40. St Satur étant l’objectif de cette deuxième étape. L’itinéraire suit le canal, toujours aussi agréable. Il y a du soleil mais comme je roule en décapotable je suis largement aéré. Une vitesse entre 15 et 20 km/h. Peu de rencontre sur cet itinéraire réservé à la marche et au vélo. Très peu de voies partagées avec les automobilistes.

J’aperçois sur sa butte, Sancerre. Mon vélo est lourd, alors je laisse Sancerre sans complexe. Juste après Sancerre, j’arrive à ST Satur, il est 11h45, je ne m’arrêterai pas ici. Mais je repère un « petit » resto avec terrasse sur la Loire, une jeune personne met les couverts. Je lui dis que je vais déjeuner ici et lui demande où se trouve une épicerie.
« Pourquoi » me dit-elle,
« Pour acheter un citron, ma réserve d’eau sur mon dos à un mauvais goût » lui réponds-je pendant qu’elle nettoie les tables.
« Attendez 5 mn » Elle part et reviens avec un citron. Mon eau sur mon dos, je fais un peu le dromadaire sans en avoir l’air, aura désormais un goût d’eau.

Elle m’installe une table et je regarde la Loire et que vois-je ? Le kayakiste  qui rame mais tout ce passe bien pour lui-même s’il rame. Coïncidence ?

Je mange super bien, du sandre, j’aime la viande mais ici ce serait un sacrilège de ne pas manger un poisson de la Loire. C’est sûr les herbivores penseront le contraire.

Je repars en forme. La voie verte continue le long du canal, sous les bois et j’arrive à Cosnes sur Loire (et pas Conne…). Le terrain de camping est juste en arrivant. J’y vais. Je me masque et j’attends mon tour, une personne est entrain de s’inscrire…et qui s’est ? Le kayakiste ! Coïncidence.

Nous montons nos tentes, non n’allez pas comprendre de travers, pas très loin l’un de l’autre la douche et les courses. On va ensemble faire nos courses à Cosnes. Je lui propose une bière, il ne boit pas d’alcool et est herbivore. Je me demande s’il n’est pas bouddhiste. Peu importe, la seule chose que je sais de lui est qu’il est de Leipzig.

Nous rentrons séparément au camping, il voulait faire un tour dans la ville et moi boire ma bière.

Au camping il me donne rendez-vous à  Briare puis à Orléans. Orléans ville finale de son périple.