C’est une petite étape, 28 km. Il n’y a pas si longtemps je criais victoire quand je dépassais 20 km. Et maintenant c’est peu !

J

C’est une petite étape, 28 km. Il n’y a pas si longtemps je criais victoire quand je dépassais 20 km. Et maintenant c’est peu !

Je suis parti vers 8h45 sans me presser après avoir pris mon ptit-dèj au resto du camping.

J’allais parcourir ma dernière étape. C’est assez émouvant. Alors j’ai pris mon temps comme si je n’avais pas envie d’arriver au bout, je n’avais pas envie.

Pourtant Paimboeuf s’est rapidement imposé, alors j’ai fait un tour du port pour voir les fresques murales dont m’avait parlé une paimblotine fort sympathique. Et j’ai continué et me suis retrouvé sur la départementale. Je m’y suis fait d’avoir les autos qui roulent rapidement. Une personne s’est permise de me faire des réflexions comme si les cyclistes n’avaient pas le droit de rouler…

A Corsept j’ai rejoint la nouvelle voie dédiée qui m’a guidé jusqu’à Mindin.
C’est de cette voie que j’ai aperçu Donge, le pont de St Nazaire, je savais alors que j’arrivais, que mon voyage se terminait ! Déjà !

Ici La Loire est large, il y a de l’eau, plus de sable. On aperçoit les cargos à quai et les paquebots (immeubles flottants ?) en construction. Un peu de nostalgie, je repense à mon stage d’IUT passé aux Chantiers de l’Atlantique, un stage d’automatisme, c’est bien loin tout ça (1972).

Je vois des personnes débarquées, elles faisaient du scooter des mers. Voilà je suis arrivé. En Face l’hôtel le débarcadère, je suis bien à Mindin là où le bac que j’ai bien connu, accostait quand il n’y avait pas le pont. Ce dernier a été inauguré en 1975.

Je suis donc à la borne zéro ! C’est terminé ! déjà !

J’y arrive et il est complet…sauf pour les cyclistes. Je fais les papiers d’entrée, je paie pour deux nuits. Je vais m’installer et surprise ! Les emplacements sont tout petits, étroits de l’ordre de 12m². Je voulais y rester deux jours, j’y resterai seulement une nuit. Ce n’est pas parce que nous sommes en bord de mer qu’il faut vivre comme des sardines en boîte !

Le resto est sympa et je me fais plaisir, un bon repas, des moules frites.
Demain nous serons 5 à table, Françoise, Pierre, Aubin, Gwen et moi. Cela m’aidera à terminer ce voyage.